Bruxelles, 24.06.2013

Les Néerlandais sont les plus malins et les Belges les plus pessimistes des Européens

Des différences européennes en matière de financement d’une nouvelle

En période de crise, les consommateurs et les prêteurs sont moins enclins à emprunter ou à prêter de l’argent. De nombreux Européens ont toutefois l’intention d’acheter une nouvelle voiture dans les douze prochains mois. Les Néerlandais choisissent intelligemment de ne pas s’endetter : ils sont 83 % à utiliser leur épargne pour payer une partie ou la totalité de leur achat. Les Belges sont par contre les plus pessimistes en ce qui concerne le prix des voitures : plus de 31 % d’entre eux pensent ainsi que les prix vont augmenter dans l’année à venir. C’est ce qui ressort d’une enquête* à grande échelle réalisée par AutoScout24 auprès de 75.000 Européens.

Chaque année, AutoScout24 organise une enquête européenne qui examine le comportement d’achat automobile de plus de 75.000 Européens, dont 5.000 Belges. Lors de cette enquête, pas moins de 83 % des Néerlandais ont indiqué qu’ils se serviraient de leurs économies pour acheter une voiture dans l’année. Ils comptent de plus réinvestir le montant de la vente de leur véhicule actuel dans l’achat du nouveau. Il n’est que très peu question d’emprunter de l’argent : seuls 11 % le feront. Les Allemands (71 %) et les Autrichiens (69 %) casseront également leur tirelire.

Les Belges ont moins de problèmes avec le crédit. Plus d’un Belge sur trois indique qu’il empruntera une partie ou la totalité du montant d’achat d’une voiture dans l’année. Les autres puiseront principalement dans leur compte d’épargne (59 %) ou utiliseront le fruit de la vente de leur ancien véhicule (33 %). Ce sont les Italiens (42,1 %) et les Espagnols (41,8 %) qui seront les plus nombreux à emprunter.

Lorsqu’il est question du prix des voitures, les Belges sont les plus pessimistes de tous les Européens. Pas moins de 31 % d’entre eux sont d’avis que les prix augmenteront dans l’année à venir. Suivent ensuite les Autrichiens (30 %). Les Espagnols et les Néerlandais sont par contre les plus optimistes : ils sont respectivement 37 % et 33 % à penser que les prix diminueront dans les 12 prochains mois.

* Enquête menée du 15 janvier au 15 mars 2013.

Contact pour les journalistes

E-mail: presse@autoscout24.be