Paris, 02.10.2017

En septembre, le marché français du véhicule d'occasion est en léger recul de -0,3%.

En septembre, le marché français du véhicule d'occasion est en léger recul de -0,3%.

Alors que la chasse au Deisel est ouverte, il représente encore 62,77% de parts de marché.

Le marché vieillit doucement mais sûrement: 40% des véhicules d'occasion achetés ont plus de 11 ans et le parc roulant atteint désormais 9 ans de moyenne d'âge.

Sur le mois de septembre 2017, le marché du véhicule d'occasion a connu un léger recul de -0,3% par rapport à septembre 2016 avec 459.316 immatriculations. Ce marché est en bonne santé, puisqu'à nombre de jours ouvrés comparable il augmente de +4,4% (21 jours en septembre 2017 versus 22 en septembre 2016).

Parallèlement, le marché du véhicule neuf augmente de +1,1% en données brutes et de +5,9% à nombre de jours ouvrés comparable par rapport à septembre 2016. (170.652 immatriculations).

Le rapport VO/VN atteint 2,69 occasions immatriculées pour 1 neuve.

Les marques Dacia, Kia et Citroën enregistrent les meilleures progressions

En septembre, sont au Top 5 des progressions de ventes VO: Dacia (+14,95%), Kia (+9,22%), Citroën (+6,04%), Toyota (+5,56%) et Hyundai (+4,18%).

Au niveau des marques françaises, Citroën poursuit les belles performances enregistrées cet été avec une hausse de part de marché de +6,40%.

A noter les faibles résultats de Volvo (-5,23%), BMW (-4,08%), Renault (-3,21%), Alfa Romeo (-2,25%) et Volkswagen (-1,91%).

Un marché de l'occasion dominé par les "presque neuves" et les "très vieilles"

Les deux types de voitures qui se vendent le plus sont les "presque neuves" et les "très vieilles". En effet, les extrémités continuent à gagner des parts de marché: < 1 an (+4%), 1 an (+6,6%) et 16 ans et plus (+5,8%). Le succès du "presque neuf" est principalement lié au fait que ces véhicules ont subi une décote parfois considérable et disposent d'un kilométrage faible. Quant aux "très vieilles" voitures elles permettent de satisfaire un besoin de mobilité à un moindre coût d'achat.

Obligations, nécessité et réalité... des choix critiques

Le marché français de l'occasion reste très largement dominé par le gazole avec 62,77% des parts de marché même si l'essence progresse de +6,35% pour atteindre 33,56% PDM.

Les motorisations électriques et hybrides arrivées récemment sur le marché restent malgré leurs fortes progressions embryonnaires avec respectivement 0,79% PDM (+16,25%) et 0,09% PDM (+62,09%).

Les motorisations Diesel connaissent une régression pour les véhicules jeunes: < 1 an: -14%, 1 an: -3% et 2 à 5 ans: -12% tandis que les véhicules essence progressent vigoureusement sur ce segment: < 1 an: +24%, 1 an: +27% et 2 à 5 ans: +8%.

Le contexte environnemental et les nouvelles mesures anti-pollution du gouvernement devraient pousser les acheteurs à renoncer au véhicule Diesel à plus ou moins long terme.

Contact pour les journalistes

Email: presse@autoscout24.fr