Paris, 04.12.2017

En novembre, le marché du véhicule d'occasion est en chute de -9,6%.

En novembre, le marché du véhicule d'occasion est en chute de -9,6%.

Seules les marques Dacia (+7,8%) et Kia (+1,2%) affichent des résultats positifs.

Les ventes de véhicules diesel sont en nette baisse: -12,83%.

Alors que le marché du véhicule d'occasion affichait une belle dynamique depuis le début de l'année 2017, il est en net recul en novembre. Il enregistre 424.320 immatriculations, soit -9,6% par rapport à novembre 2016 et -13,9% si l'on compare sur un même nombre de jours ouvrables.

Sur les 11 mois de l'année, le marché reste néanmoins positif avec une progression de +2,3%.

A l'inverse, le marché du véhicule neuf enregistre 180.012 immatriculations, soit une augmentation de +10,3% par rapport à novembre 2016 (et +5,1% à jours ouvrables constants).

Le rapport VO/VN est de 2,36.

Toutes les marques sont en recul, sauf deux exceptions

Alors que le mois d'octobre avait été profitable pour l'ensemble des constructeurs, en novembre, seuls Dacia (+7,8%) et Kia (+1,2%) échappent à la morosité. Toutes les autres marques du Top 20 sont en recul. A noter que Citroën (+4,7%), Mercedes (+3,2%), Toyota (+7,2%), Dacia (+19,2%), Mini (+6,5%), Hyundai (+6,4%), Suzuki (+7,5%) et Kia (+12%) voient leurs parts de marché progresser.

Toutes les catégories d'âge sont en recul

La baisse est plus prononcée sur les tranches 2-5 ans (-13%) et 11-15 ans (-12,1%), mais toutes les tranches d'âge sont globalement impactées par la baisse du marché.

Effondrement des ventes de VO diesel

Alors que le volume de ventes de VO essence s'est maintenu, les véhicules équipés de motorisation diesel ont attiré nettement moins d'acheteurs. En un an, on enregistre une réduction de près de -13%. Ce recul très significatif concerne toutes les tranches d'âge des occasions avec une tendance encore plus forte pour les véhicules de moins de 5 ans qui, pourtant, sont les plus propres.

L'augmentation de +10% de la fiscalité sur le gazole associée aux interdictions de circulation annoncées dans certaines grandes villes et plus généralement au Diesel bashing, semble avoir eu une réelle influence sur le choix des motorisations en novembre.

Conclusions:

"De façon générale, on observe un marché de l'occasion plus fébrile en 2017 par rapport aux années antérieures avec des variations mensuelles plus prononcées. Alors que le mois d'octobre était en nette progression, on observe le phénomène inverse en novembre. Cela est sans doute lié aux effets d'annonces sur les interdictions de circulation ou aux modification de la fiscalité automobile. Les Français ne savent plus vers quel type de véhicule se tourner. La tendance à long terme reste néanmoins très positive avec une année 2017 qui s'annonce comme record. Les motorisations essence souffrent moins de ce phénomène que le diesel mais leur offre sur le marché reste encore restreinte, limitant ainsi leur marge de progression et celle du marché de l'occasion dans sa globalité.

Le marché du véhicule neuf limite cette incertitude par des véhicules essence plus performants qu'auparavant et un risque inférieur en terme d'usage du véhicule à long terme. Sur ce marché, le choix entre les motorisations essence et diesel se fait dès lors plus facilement" explique Vincent Hancart, Directeur Général d'AutoScout24 France.

Contact pour les journalistes

Email: presse@autoscout24.fr